Ces politiques qui répondent aux pétitions

Notre monde a changé et la majorité de nos activités se font en ligne : regarder un film, acheter un vêtement, commander son dîner, rencontrer l’âme soeur.  

Qu’en est-il de nos actions en tant que citoyens ? Parce que nous sommes tous de plus en plus connectés, il semble qu’interpeller nos élus et gouvernement devrait faire partie de ces prérogatives numériques. Et que la distance qui peut s’établir entre citoyens et décideurs politiques est de moins en moins acceptable dans ce monde hyper connecté.

Il est de plus en plus difficile pour les citoyens d’accepter de voir un politique “en ligne” sur Facebook mais de ne pas pouvoir lui parler en direct, lorsque l’on a une revendication à lui faire passer.

Et si grâce aux pétitions en ligne, ces messages n’étaient plus de simples bouteilles à la mer qui n’atteignent jamais leur destinataires ? Et si la notion de dialogue dans les campagnes de mobilisation citoyenne prenait tout son sens grâce à l’interaction rendue possible par la technologie ?

A l’occasion de la Journée Internationale de la Démocratie, nous avons eu envie de vous parler de ce qui fait la spécificité de la plateforme Change.org : notre outil “Décideur”. Grâce à cet outil, les décideurs politiques peuvent répondre et converser directement avec les personnes qui leur adressent des pétitions. On passe d’un simple outil de mobilisation a un outil de dialogue et de co-construction.

Ce n’est plus simplement la militante Caroline de Haas qui collecte des millions de signatures contre la loi Travail et va prendre un rendez-vous avec la ministre du Travail pour faire valoir sa demande. C’est l’ensemble des signataires qui reçoivent la réponse de la ministre et peuvent la commenter, la discuter, et donc participer au débat.

Très récemment, comme la ministre du Travail Myriam El Khomri, de nombreux responsables politiques ont décidé de sauter le pas et d’ouvrir leur profil Décideur sur Change.org, pour répondre aux pétitions qui leurs sont adressées. Nous avons voulu comprendre pourquoi Najat Vallaud Belkacem, ministre de l’Education et Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France ont finalement décidé de jouer le jeu de l’interaction, plutôt que de se limiter à un usage à sens unique des réseaux sociaux et du digital en général.

Les profils Décideurs de Najat Vallaud-Belkacem et de Valérie Pécresse sur Change.org

Les profils Décideurs de Najat Vallaud-Belkacem et de Valérie Pécresse sur Change.org

Une forme d’expression citoyenne à prendre en compte

Najat Vallaud Belkacem a ouvert son profil vérifié il y a déjà deux ans, après avoir elle-même lancé une pétition avec d’autres ministres européens en charge des Droits des femmes pour porter des mesures nouvelles auprès des candidats aux élections européennes. Elle est donc une habituée de la pétition en ligne, côté initiateur comme destinataire.

Les pétitions sont une des multiples formes d’expression des citoyens, comme le sont les manifestations, les grèves et bien sûr les élections et référendum. Et à ce titre, il me semble essentiel de les prendre en compte et de pouvoir engager le dialogue avec les initiateurs et ceux qui les soutiennent.” explique-telle.

Un avis que partage Valérie Pécresse, qui vient tout juste de lancer son profil pour répondre à la pétition d’Alexandra, une usagère des transports en commun franciliens, qui demande d’agir pour améliorer les conditions de voyage sur le réseau. “J’ai utilisé Change.org quand j’étais dans l’opposition pour lancer une pétition sur les transports et interpeller. Il était tout naturel d’y répondre à mon tour comme Présidente de région. Il y a une multitude de cas particuliers et de situations diverses, c’est un outil de veille des préoccupations des usagers et pour vérifier qu’elles sont bien prises en compte.”.

Valérie Pécresse a répondu à la pétition d’une usagère des transports en commun qui demande des mesures pour améliorer les conditions de transport.

Valérie Pécresse a répondu à la pétition d’une usagère des transports en commun qui demande des mesures pour améliorer les conditions de transport.

La prise en compte des pétitions citoyennes serait-elle en passe de prendre le pas sur la pratique du sondage ? Même critiquée, elle est de plus en plus connectée à la réalité des citoyens et donc prise en compte par les cabinets des élus et membres du gouvernement.

Un thermomètre citoyen pour guider l’action politique

L’équipe de Valérie Pécresse a mis en place une veille sur toutes les pétitions qui concernent l’Ile-de-France. “A travers ces pétitions, on a à disposition un thermomètre des préoccupations des franciliens, qui complète les outils de veille classique" explique la Président de la région. “Ce choix s’inscrit dans le cadre de ma stratégie qui est de faire de l’Ile-de-France une « smart région » qui prenne en compte les préoccupations des usagers et citoyens, cela implique d’instaurer une interactivité avec eux.

L’équipe de Najat Vallaud-Belkacem a récemment répondu à plusieurs pétitions qui signalaient des dysfonctionnements dans certaines académies, concernant des situations individuelles, mais elle y voit aussi l’opportunité de voir émerger des solutions et des propositions intéressantes. “C’est une forme directe de mobilisation et d’échange. Cela permet tout aussi bien de signaler des problèmes réels, sur lesquels nous pouvons en tant que responsables politiques agir, mais aussi de relayer des revendications parfois légitimes.”

Najat Vallaud Belkacem a répondu favorablement à l’appel d’un lycéen, Ruben Farhi, demandant que le film “Ne m’abandonne pas” sur la radicalisation religieuse soit diffusé dans les lycées.

Najat Vallaud Belkacem a répondu favorablement à l’appel d’un lycéen, Ruben Farhi, demandant que le film “Ne m’abandonne pas” sur la radicalisation religieuse soit diffusé dans les lycées.

Un outil pour créer du lien avec les internautes

Mais au delà de la réponse à une revendication en particulier, l’outil est aussi envisagé comme un moyen de recréer ce lien perdu avec les administrés, électeurs ou citoyens.

Les relations avec les citoyens et les usagers sur un territoire de 12 millions d’habitants sont un enjeu important, et les nouveaux outils digitaux peuvent contribuer à tisser un lien. C’est une opportunité à  saisir, si on veut parler à tous.” reconnaît Valérie Pécresse, qui utilise déjà largement Twitter pour communiquer avec les internautes.

L’outil Décideur est considéré comme une suite logique à l’utilisation des réseaux sociaux. Mais pour l’équipe de Najat Vallaud-Belkacem, il permet d’aller plus loin en permettant un débat plus serein, plus constructif, plus argumenté qu’il ne peut l’être parfois sur les réseaux sociaux. “J’ai parfois lu sur change.org des pétitions qui travestissaient la réalité et qui m’étaient adressé. C’est regrettable mais au moins, contrairement à d’autres réseaux sociaux où il est très difficile de mettre fin aux rumeurs, il est aisé de rétablir la vérité auprès des signataires (...). Je pense par exemple à une pétition qui prétendait que l’arabe serait obligatoire dès le CP, c’est évidemment faux, et change.org a été un des médias sur lequel j’ai pu le dire.”

La réponse de Najat Vallaud-Belkacem à l'une des pétitions concernant l'enseignement de l'arabe au CP.

La réponse de Najat Vallaud-Belkacem à l'une des pétitions concernant l'enseignement de l'arabe au CP.

Des politiques qui semblent convaincues de l’intérêt et de l’impact de l’outil Décideur et des outils de la Civic Tech en général. Valérie Pécresse pense organiser un rendez-vous régulier avec les citoyens, une mise en pratique dans les actes de la démocratie directe, et Najat Vallaud Belkacem qui dit soutenir “tout ce qui peut renouveler la vie politique et renforcer la démocratie”.

Inspireront-elles d’autres personnalités politiques à venir converser avec les utilisateurs de Change.org ?