Dans les coulisses de la pétition sur l’étiquetage nutritionnel

Dans l’ombre du projet de loi santé, un sujet majeur

En décembre dernier, le projet de loi santé était définitivement adopté par les députés. Si pour les médias la mesure phare de ce projet de loi était le tiers payant généralisé, c’est une autre mesure qui a retenu l’attention d’Eric Delannoy, un citoyen engagé de 51 ans : la mise en place d’un nouvel étiquetage nutritionnel sur les emballages industriels pour les rendre plus visibles.

Si cette annonce a pu dans un premier temps réjouir Eric, convaincu depuis longtemps de l’indispensable nécessité d’adopter un nouvel étiquetage nutritionnel, une interrogation élémentaire subsistait : quel format ce nouvel étiquetage allait-il prendre ? Partisan d’un “système graphique à 5 couleurs”, Eric s’est emparé de la plateforme Change.org pour s’adresser directement à la ministre de la Santé Marisol Touraine avec un message clair :

“Nous consommateurs demandons le système graphique à 5 couleurs (5-C) ou Nutri-score, qui se présente sous forme de notes de A à E associées à des couleurs (...) Pour nous consommateurs, il ne fait aucun doute que le système à 5 couleurs est le meilleur”.

Dans le texte de sa pétition, Eric s’appuie sur une étude du Haut Conseil de la santé publique qui a démontré que ce système apparaissait comme “plus efficace” y compris chez les populations à risque. 

Avec une loi santé faisant les gros titres de la presse, Eric a compris qu’il était temps d’agir.

Mobilisation autour d’un sujet complexe

Sur Change.org, la majorité des campagnes victorieuses ou qui ont pesé dans le débat public sont des campagnes menées activement par des citoyens qui tiennent informés régulièrement leurs signataires de l’évolution de leur pétition, des actions menées ou à mener, permettant ainsi de garder une vraie dynamique de campagne.

Convaincu par sa démarche et conscient que l’union fait la force, Eric a tout de suite compris l’importance d’échanger avec eux. Ainsi, il a tenu régulièrement informés l’ensemble de ses signataires par le biais de messages publiés sur la plateforme sous forme de mises à jour de sa pétition. 

En février dernier, il informait ses signataires qu’il avait écrit à l’ANSES qui lui avait répondu par courrier qu’elle ne pilotait plus le projet et qu’il fallait se diriger vers le gouvernement en charge de la mise en place du projet.

En avril dernier, il informait ses 45 000 soutiens de son courrier adressé au comité de pilotage. Un courrier qui s’est soldé par une rencontre avec le Professeur Benoît Vallet au ministère de la Santé : 

“J'ai écrit un mail à tous les membres du comité de pilotage pour les informer formellement du lancement de la pétition, et du fait qu'elle avait recueilli 'à ce jour' 45000 signatures, et leur demandais que l'on soit entendu. Je ne demandais pas expressément un rendez-vous  à ce moment-là, c'est M. Vallet qui a pris l'initiative de proposer une rencontre”.

Au mois de mai, il détaillait  à ses signataires ce rendez-vous durant lequel on lui avait annoncé que le système 5 couleurs n’était pas entériné et qu’un engagement de la part du gouvernement était pris :  des tests de 10 semaines seront menés à partir de septembre 2016 à la suite desquels une décision serait prise. Selon Eric, le ministère “a été rassuré  par le fait que mon profil n'était pas celui d'un militant dur mais d'un porte-parole citoyen cherchant surtout à comprendre les choses”. 

Une première réponse donc, qui donnait à Eric l’envie de ne rien lâcher et de maintenir la pression jusqu’à cette date fatidique. 

C’est une enquête sur le lobby de l’industrie alimentaire et un soutien médiatique de taille qui ont aidé Eric à remettre en lumière son combat et à créer une prise de conscience plus large auprès des citoyens. 

Cash investigation : l’enquête qui ravive le débat et la mobilisation

En septembre dernier, l’enquête menée par la journaliste Elise Lucet révélant les méthodes des géants de l'industrie agroalimentaire impactant directement notre santé a boosté de manière impressionnante la pétition et relancé le débat sur les étiquettes des produits que consomment quotidiennement les Français. Le reportage a notamment révélé comment les lobbys de l'agroalimentaire font pression pour conserver un maximum d'opacité sur ces étiquettes. 

Michèle Rivasi sur le plateau de Cash Investigation, 13 septembre 2016

Michèle Rivasi sur le plateau de Cash Investigation, 13 septembre 2016

Sur le plateau de Cash Investigation, Michèle Rivasi, députée européenne EELV qui a apporté son soutien à la pétition, s’est exprimée à ce sujet et a invité les spectateurs à signer la pétition d’Eric. 

Partagée également sur Twitter lors de l’émission, la pétition a gagnée plus de 100 000 signatures en l’espace de 48 heures. 

Cette exemple montre encore une fois à quel point le timing est important lorsqu’un citoyen mène campagne : quand le sujet de la pétition est dans l’agenda politico-médiatique, il faut saisir cette opportunité pour mobiliser à nouveau et pousser le décideur à agir. C’est ce qu’a fait Eric.  

Les techniques qu’il a utilisées ont été bénéfiques pour sa campagne mais il en existe d’autres qui peuvent elles aussi faire la différence et vous permettre d’atteindre votre objectif. Découvrez-les ici

Pour signer la pétition d’Eric : Change.org/Ouiaux5C